Rétrospective Me made month : mai 2018.

Me voici de retour après pas mal de mois d’absence ! Ce n’est pas que je n’ai pas tricoté, cousu, ou même crocheté, mais c’est que le temps et l’énergie m’ont manqué pour en discuter !

Mai 20158, ça a été ma première participation au « Me Made Month », un projet extrêmement motivant ! Je n’ai pas posté tous les jours, soit parce que je portais à nouveau un vêtement déjà posté, soit que je n’avais pas sous la main un des mes photographes en herbe. Certaines pièces avaient déjà fait l’objet d’articles sur le blog, d’autres non. En voici une rétrospective (un peu tard, certes !) :

Semaine 1

Jupe en jean tuto « Cotton and curls »

Top « Sorbetto », dont j’avais déjà parlé ici.

Blouse Aloé (dos) de l’Atelier couture de Blousette Rose

Semaine 2

Débardeur Gabriel, Coudre le Stretch, upcyclage d’une robe devenue trop petite

Robe d’été patron maison, 2 trapèzes, une coulisse en haut dans laquelle est glissé un élastique

Robe encolure bateau Basiques d’été

Semaine 3

Top encolure bateau (la robe des Basiques d’été simplement raccourcie) et duo mère fille

Gilet « Colette », patron d’Huguette Paillettes, en laine Cyrano « De Rerum Natura » que j’adore (peut-être bientôt un article dédié ?

Blouse Stockolm d’Atelier Scammit, upcyclage d’une chemise homme XL en coton et lin

Semaine 4

Robe Alma de Louis Antoinette Paris et son joli dos

Short Fidji de l’Atelier couture de Blousette Rose (et à bas les chutes !)

Accessoire : la pochette d’Atelier Scammit

Robe à bretelles des Intemporels pour future maman, simplement portée ceinturée

Sweat en lin upcyclé dans un pull d’homme, d’après les astuces de Coudre le stretch, et mon doudou du matin : le foulard caresse du livre le crochet, secrets de fabrication

Quelles conclusions peut-on en tirer ? Et bien, c’est plutôt positif (un peu d’autosatisfaction, ça ne fait jamais de mal !)

  1. D’abord, après seulement 4 ans de couture environ, j’ai déjà pas mal de pièces fait-main : mon objectif étant de limiter le plus possible l’achat de vêtements (au moins pour moi), je parviendrai peut-être, dans quelques années, au remplacement complet (qui sait ?) de ma garde-robe par du « made by me ».

  2. Je porte véritablement ce que je couds ou tricote : il n’y a pas vraiment de vêtement que je ne porte pas ! Alors que ma garde-robe n’était pas forcément réfléchie à la base, ce n’est pas si mal. Je pense que contrairement à un vêtement du commerce, j’accepte plus facilement les imperfections, que je vois naturellement beaucoup, mais que je considère avaec une certaine tendresse. Je vois ma progression et j’essaie d’améliorer, notamment les finitions : bien penser au repassage au fil de la couture etc.

  3. L’upcyclage ne prend encore qu’une trop petite place dans mes cousettes ; il est vrai qu’on arrive beaucoup plus facilement à réutiliser des vêtements d’adulte pour des tailles enfant ! C’est ainsi que pas mal de jupes et shorts de mes filles ont été coupés dans mes robes retrouvées ! J’aimerais le développer davantage pour moi également.

  4. Cette rétrospective est aussi l’occasion de voir ce qui me manque. Du côté du tricot, j’ai un certain nombre de gilets, en laine assez épaisse. C’est ce que j’aime porter, un gilet facile à enfiler, douillet, et qui dévoile le top ou la robe que l’on porte dessous. Il me faudrait peut-être un pull, et peut-être dans des couleurs plus basiques, comme le noir ou le bleu foncé, dans des laines plus fines. Par ailleurs j’aimerais me tricoter des chaussettes et un châle coloré : j’en ai tricoté pour offrir, et un certain nombre, mais je n’en ai pas pour moi !

  5. Du côté de la couture, j’ai un bon nombre de hauts et de robes. Toutefois certains, comme mon « sorbetto », sont très usés et mériteraient d’être remplacés ! Enfin, à part ma jupe en jean, je n’ai pas de jupe faite-main, et encore moins de pantalon ! C’est ce qu’il faudrait que je me couse dans les mois à venir.

J’espère repasser par ici dans pas trop longtemps, et sans doute avec du tricot !

Publicités

Une jupe qui tourne !

Aujourd’hui, c’est un projet rapide d’upcyclage couture que je vais vous présenter !

L’upcyclage, c’est une façon de recycler en valorisant, c’est-à-dire faire du neuf (qu’on porte) avec du vieux (qu’on n’utilisait plus) ! Concrètement cela consiste à couper de nouveaux vêtements dans d’anciens vêtements ou draps, avec ou sans patron, comme sur un coupon de tissu qu’on viendrait d’acheter. La difficulté réside dans l’exercice de faire tenir ses différentes pièces dans un tissu déjà coupé et cousu, qui présente parfois des tâches, des morceaux abîmés… Mais l’avantage est qu’on peut souvent réutiliser des ourlets, des pattes de boutonnage etc. Je vous conseille le livre de Marie Painparay Je couds pour mes enfants et je recycle mes vêtements ! (éditions « Terre Vivante »). Ce livre est une source d’inspiration, un point de départ avant de laisser libre cours à son imagination, en fonction des matériaux dont on dispose, et de ses besoins !

Cette fois-ci, c’est une de mes anciennes robes, beaucoup portée il y a des années, mais définitivement trop petite… Je l’ai transformée en jupe qui tourne pour une de mes filles, soit en taille 6/8 ans. Pas de patron cette fois-ci. Il y a sûrement d’autres façon de procéder et sans doute de meilleures, mais voici comment j’ai fait. J’ai mesuré la longueur d’une de ses jupes et coupé. Ensuite, j’ai réalisé une coulisse à la taille en repliant 1 cm puis 3 cm, en laissant une ouverture de 5 cm environ, et surpiqué en haut, à 0,2 cm (à peu près : au final, la jupe sera froncée, donc les défauts ne se verront pas!).

Cette coulisse a servi à faire passer un élastique (49 cm). J’ai refermé l’ouverture et… c’est tout ! Comme j’ai conservé l’ourlet initial, la jupette était déjà terminée !

Verdict de l’intéressée : « c’est ma jupe préférée! ». D’autres suivront sûrement !

Plantain tropical

Le début de l' »upcyclage » ! Qu’est-ce donc ? Upcycler, si on résume, c’est donner une nouvelle vie à un objet vieilli, usagé, au lieu de le jeter. En bref, faire du neuf avec du vieux ! Et du neuf qu’on sera fier de porter, d’offrir, d’utiliser au quotidien.

Le début aussi d’une série de plantains ! Il s’agit bien sûr ici du patron gratuit de Deer et Doe, et non de la plante qu’on trouve dans nos jardins !

N’ayant plus rien à me mettre (bien entendu), et ayant vu de jolies réalisations de T-shirts Plantain, je me suis dit : « Pourquoi ne pas me tailler un nouveau T-shirt dans un vieux(abîmé par endroits et devenu trop grand) ? » Me voici lancée ce printemps dans le découpage d’un sous-pull en jersey, et essayant de faire rentrer les pièces du patron dans les pièces de tissu… sans aucun, mais alors aucun succès !

P1070944

Le sous pull deviendra une pelote de trapilho, mais ça, c’est une histoire que je vous raconterai une autre fois.

Quant à ma tentative de faire de nouveaux plantains dans d’anciens vêtements, j’ai réitéré l’expérience, avec non pas un, mais deux succès !

P1080299

D’abord avec un top tropical ultra loose de ma période post-grossesse qui a toujours été trop grand ! Je ne l’ai presque pas porté, mais l’imprimé me plaisait bien. Comme c’était l’été, j’ai opté pour un plantain sans manches, moins gourmand en tissu, de fait. Très réussi : les explications sont claires, et la taille 36 tombe très bien. La réalisation est assez rapide, d’autant que, comme ma machine refuse de coudre du jersey (même avec une aiguille spéciale jersey, Grrr…), et bien, j’ai tout cousu à la main ! J’ai réutilisé certaines parties déjà faites, comme l’ourlet du bas.

P1080298

Une petite patte décorative…

Cette tentative réussie, j’ai récidivé sur le bas d’une robe imprimée « zèbres » dont seul le haut était abîmé.

Même réussite ! Cette fois-ci, j’ai laissé « bruts » les épaules et le bas, sans ourlet : le jersey a effectivement l’avantage de ne pas s’effilocher !

P1080296

… et deux petites pattes décoratives !

Patron adopté ! Au suivant !

Sinon, le plantain est une plante dont les feuilles sont efficaces contre les piqûres d’insectes et de plantes, et ça ressemble à ça !

P1080324