Rétrospective Me made month : mai 2018.

Me voici de retour après pas mal de mois d’absence ! Ce n’est pas que je n’ai pas tricoté, cousu, ou même crocheté, mais c’est que le temps et l’énergie m’ont manqué pour en discuter !

Mai 20158, ça a été ma première participation au « Me Made Month », un projet extrêmement motivant ! Je n’ai pas posté tous les jours, soit parce que je portais à nouveau un vêtement déjà posté, soit que je n’avais pas sous la main un des mes photographes en herbe. Certaines pièces avaient déjà fait l’objet d’articles sur le blog, d’autres non. En voici une rétrospective (un peu tard, certes !) :

Semaine 1

Jupe en jean tuto « Cotton and curls »

Top « Sorbetto », dont j’avais déjà parlé ici.

Blouse Aloé (dos) de l’Atelier couture de Blousette Rose

Semaine 2

Débardeur Gabriel, Coudre le Stretch, upcyclage d’une robe devenue trop petite

Robe d’été patron maison, 2 trapèzes, une coulisse en haut dans laquelle est glissé un élastique

Robe encolure bateau Basiques d’été

Semaine 3

Top encolure bateau (la robe des Basiques d’été simplement raccourcie) et duo mère fille

Gilet « Colette », patron d’Huguette Paillettes, en laine Cyrano « De Rerum Natura » que j’adore (peut-être bientôt un article dédié ?

Blouse Stockolm d’Atelier Scammit, upcyclage d’une chemise homme XL en coton et lin

Semaine 4

Robe Alma de Louis Antoinette Paris et son joli dos

Short Fidji de l’Atelier couture de Blousette Rose (et à bas les chutes !)

Accessoire : la pochette d’Atelier Scammit

Robe à bretelles des Intemporels pour future maman, simplement portée ceinturée

Sweat en lin upcyclé dans un pull d’homme, d’après les astuces de Coudre le stretch, et mon doudou du matin : le foulard caresse du livre le crochet, secrets de fabrication

Quelles conclusions peut-on en tirer ? Et bien, c’est plutôt positif (un peu d’autosatisfaction, ça ne fait jamais de mal !)

  1. D’abord, après seulement 4 ans de couture environ, j’ai déjà pas mal de pièces fait-main : mon objectif étant de limiter le plus possible l’achat de vêtements (au moins pour moi), je parviendrai peut-être, dans quelques années, au remplacement complet (qui sait ?) de ma garde-robe par du « made by me ».

  2. Je porte véritablement ce que je couds ou tricote : il n’y a pas vraiment de vêtement que je ne porte pas ! Alors que ma garde-robe n’était pas forcément réfléchie à la base, ce n’est pas si mal. Je pense que contrairement à un vêtement du commerce, j’accepte plus facilement les imperfections, que je vois naturellement beaucoup, mais que je considère avaec une certaine tendresse. Je vois ma progression et j’essaie d’améliorer, notamment les finitions : bien penser au repassage au fil de la couture etc.

  3. L’upcyclage ne prend encore qu’une trop petite place dans mes cousettes ; il est vrai qu’on arrive beaucoup plus facilement à réutiliser des vêtements d’adulte pour des tailles enfant ! C’est ainsi que pas mal de jupes et shorts de mes filles ont été coupés dans mes robes retrouvées ! J’aimerais le développer davantage pour moi également.

  4. Cette rétrospective est aussi l’occasion de voir ce qui me manque. Du côté du tricot, j’ai un certain nombre de gilets, en laine assez épaisse. C’est ce que j’aime porter, un gilet facile à enfiler, douillet, et qui dévoile le top ou la robe que l’on porte dessous. Il me faudrait peut-être un pull, et peut-être dans des couleurs plus basiques, comme le noir ou le bleu foncé, dans des laines plus fines. Par ailleurs j’aimerais me tricoter des chaussettes et un châle coloré : j’en ai tricoté pour offrir, et un certain nombre, mais je n’en ai pas pour moi !

  5. Du côté de la couture, j’ai un bon nombre de hauts et de robes. Toutefois certains, comme mon « sorbetto », sont très usés et mériteraient d’être remplacés ! Enfin, à part ma jupe en jean, je n’ai pas de jupe faite-main, et encore moins de pantalon ! C’est ce qu’il faudrait que je me couse dans les mois à venir.

J’espère repasser par ici dans pas trop longtemps, et sans doute avec du tricot !

Publicités

Apprendre le crochet, un nouveau défi !

C’était une de mes résolutions / un de mes défis de cette nouvelle année : apprendre le crochet ! En effet, dans une « boîte aux trésors » qui appartenait à la grand-mère de mon homme et que j’ai récupérée (en fait, une ancienne boîte à aiguilles à tricoter, en bois), se trouvaient quelques crochets, du 2,5 au 4,5. Et je me suis dit : « Pourquoi ne pas essayer ? » Avec toutes les belles réalisations vues sur le net, j’ai eu envie de me lancer !

Pour commencer, j’ai visionné quelques vidéos pour les bases, en particulier celles de tricotin et celles de Knitspirit, toutes très bien faites, ce qui rend les techniques accessibles aux débutant(e)s. Je me suis concentrée sur la chaînette, la maille serrée et les brides. Je crois que le plus compliqué est de réussir une chaînette pas trop serrée et de compter les mailles !

Puis, j’ai fait l’acquisition du livre Le crochet, secrets de fabrication, après avoir lu de bonnes critiques à son sujet, notamment celle de Bee Made. J’avoue, j’ai eu aussi un coup de cœur pour l’étole à la japonaise présentée sur la couverture ! Ce sera sans doute un de mes prochains projets, mais d’autres modèles me plaisent également, comme le chapeau cloche ou le sac filet par exemple.

P1100675

Enfin, je me suis lancée ! D’abord avec le point d’écailles et un reste de Noro Silk Garden Sock : je pensais réaliser une paire de mitaines, et finalement, j’ai trouvé que cela ne mettait en valeur ni le point, ni la laine, pourtant tous deux très jolis et raffinés pris séparément. Je ferai un autre essai avec ce point, mais avec une autre laine.

P1100861

Ensuite, j’ai tenté un « granny », ce projet emblématique du crochet, mais dont on peut cependant faire tellement de choses ! J’ai utilisé un crochet n° 4,5 et un fil fait de lin, coton et soie (et polyester recyclé), de l’« ecotweed » de Plassard. Si avec des aiguilles à tricoter le fil se dédouble beaucoup, je n’ai pas rencontré ce problème avec le crochet.

P1100863

Il s’agit ici d’un granny « Old America » destiné dans le livre à une couverture de bébé. On enchaîne les rangs et … c’est presque magique, le carré se forme !

P1100864

Il faut dire que les diagrammes composés de symboles sont assez limpides à suivre. Pour ma part, je trouve cela plus parlant que les explications écrites, qui sont néanmoins un bon complément.

P1100854

Pour transformer cet essai, j’ai réalisé un top dont j’ai trouvé le tutoriel sur le site de Lidia Crochet. Ce modèle est effectivement très simple à réaliser, et la vidéo est très claire : on crochète deux carrés en granny de la largeur de nos épaules, on les réunit en laissant l’espace de la tête et des bras, puis on rallonge de la longueur désirée.

P1110042

P1110043

P1110044

P1110045

Le top rend effectivement très bien malgré (ou plutôt grâce à) sa simplicité, et ce qui est très appréciable dans ce modèle, comme chez plusieurs modèles de cette créatrice, c’est qu’on peut très facilement l’adapter à une autre taille, enfant ou adulte ! Toutefois, comme j’ai utilisé un crochet et un fil plus gros que ceux préconisés, mon top est très ajouré : je le porte donc par-dessus un petit débardeur à bretelles, blanc ou bleu, c’est parfait pour la mi-saison !

P1110041

Me voici partie, on reverra sûrement souvent du crochet par ici !