Une jupe qui tourne !

Aujourd’hui, c’est un projet rapide d’upcyclage couture que je vais vous présenter !

L’upcyclage, c’est une façon de recycler en valorisant, c’est-à-dire faire du neuf (qu’on porte) avec du vieux (qu’on n’utilisait plus) ! Concrètement cela consiste à couper de nouveaux vêtements dans d’anciens vêtements ou draps, avec ou sans patron, comme sur un coupon de tissu qu’on viendrait d’acheter. La difficulté réside dans l’exercice de faire tenir ses différentes pièces dans un tissu déjà coupé et cousu, qui présente parfois des tâches, des morceaux abîmés… Mais l’avantage est qu’on peut souvent réutiliser des ourlets, des pattes de boutonnage etc. Je vous conseille le livre de Marie Painparay Je couds pour mes enfants et je recycle mes vêtements ! (éditions « Terre Vivante »). Ce livre est une source d’inspiration, un point de départ avant de laisser libre cours à son imagination, en fonction des matériaux dont on dispose, et de ses besoins !

Cette fois-ci, c’est une de mes anciennes robes, beaucoup portée il y a des années, mais définitivement trop petite… Je l’ai transformée en jupe qui tourne pour une de mes filles, soit en taille 6/8 ans. Pas de patron cette fois-ci. Il y a sûrement d’autres façon de procéder et sans doute de meilleures, mais voici comment j’ai fait. J’ai mesuré la longueur d’une de ses jupes et coupé. Ensuite, j’ai réalisé une coulisse à la taille en repliant 1 cm puis 3 cm, en laissant une ouverture de 5 cm environ, et surpiqué en haut, à 0,2 cm (à peu près : au final, la jupe sera froncée, donc les défauts ne se verront pas!).

Cette coulisse a servi à faire passer un élastique (49 cm). J’ai refermé l’ouverture et… c’est tout ! Comme j’ai conservé l’ourlet initial, la jupette était déjà terminée !

Verdict de l’intéressée : « c’est ma jupe préférée! ». D’autres suivront sûrement !

P comme… Polaris et Phekda en polaire

P1110349

A nouveau de la couture aujourd’hui : des petites vestes de mi-saison ! Et encore une fois, j’ai multiplié les cousettes par deux ! Il s’agit de deux patrons du livre d’Ivanne Soufflet, Grains de couture pour enfants. En parcourant cet ouvrage, j’avais envie de coudre tous les modèles, à la fois originaux et modulables !

P1110348

J’ai choisi pour cette fois-ci la tunique Phekda (en vert) et le kimono Polaris (en rouge), en taille 6 ans. Dans les deux cas, j’ai utilisé des plaids Ikea, qui se sont révélés faciles à couper et à travailler, et des chutes de coton pour les biais et les détails. Je n’ai pas eu besoin d’utiliser une aiguille spéciale (jersey ou stretch) ou de fil particulier.

P1110350

Tout d’abord, j’ai peu modifié la tunique Phekda : c’est une version sans aucun col, ce qui la rend plus rapide à coudre. J’ai simplement redessiné un peu le devant pour le rallonger.

P1110351

Les parementures, la patte décorative au dos et le biais que j’ai utilisé pour l’ourlet rapporté des emmanchures et du bas sont des chutes de ma blouse Sorbetto.

P1110352

Les boutons et les élastiques fins (boutonnières) ont été récupérés sur de vieux vêtements.

P1110353

L’asymétrie devant/dos et le boutonnage sur l’épaule donnent beaucoup de charme à cette tunique en version pull.

P1110354

P1110343

Puis, pas de difficulté majeure pour Polaris, que j’ai simplifiée au maximum : pas de plis religieuse ni de bande volantée (je craignais les sur-épaisseurs avec la polaire) ni même de nœud.

P1110346

La tunique se ferme par un bouton intérieur et un bouton extérieur, que j’ai recouvert de tissu, et j’ai conservé les larges plis rabattus sur les épaules, qui donnent à ce kimono son air japonisant.

P1110341

Comme pour Phekda, j’ai terminé les emmanchures et le bas par un ourlet rapporté au moyen d’un biais, et j’ai placé le même à cheval sur l’encolure.

Toutefois, le résultat n’est pas impeccable : j’ai omis/pas pris le temps plutôt de repasser le biais… J’essaierai de ne plus refaire la même erreur !

P1110347

Mes filles sont ravies des formes confortables et des couleurs pétillantes de leurs petits pulls. Et comme il me reste environ la moitié de chaque plaid, je vois bien des petites robes Poppy de « Lou and Me » pour l’hiver prochain !

Le manteau de portage

Me revoici, avec un projet couture, réalisé dans le courant de l’automne. Il s’agissait de répondre à un besoin que les adeptes du portage connaissent bien : comment porter son bébé quand les températures chutent, sans qu’il ait froid… et nous non plus ! Et lorsqu’on voit le prix des manteaux « spécial portage », savoir coudre devient un atout ! Car vraiment, c’est un article que mon budget ne me permettait pas d’acquérir, et un confort dont j’aurais dû me passer si je ne l’avais pas fait moi-même !

P1110279

Par ailleurs, vu le peu de temps qu’on peut consacrer à la couture avec un bébé de quelques semaines, il me fallait un modèle simple à réaliser. J’ai choisi la veste kimono des Intemporels pour future maman d’Astrid Le Provost. Mon homme m’avait offert cet ouvrage pendant ma grossesse (j’y reviendrai dans un prochain article) et, comme beaucoup je crois, j’ai tout de suite repéré que ce patron conviendrait parfaitement comme manteau de portage aussi !

P1110282

Bien sûr, j’y ai apporté quelques modifications pour l’adapter à des impératifs : d’abord, il me fallait une capuche, et éventuellement des poches ; ensuite, je voulais le doubler. Enfin, j’ai rallongé de 10 cm environ le corps, et les manches le plus possible. Le plus grand défi technique de ce manteau (si on s’en tient à sa version non modifiée), c’est de caser sa grande ampleur dans son coupon de tissu !

P1110283

Côté tissu, en effet, j’aurais voulu de la laine bouillie comme dans le modèle présenté, mais je n’en ai pas trouvé qui correspondait à mon budget… J’ai acheté un coupon qui contient de la laine de 1,5 m sur 1,5 m à 12 euros (boutique Petits Prix à Roanne), où j’ai pu faire rentrer les différentes pièces de mon manteau et une capuche ! Il a fallu renoncer aux poches, malheureusement, je n’avais pas assez de tissu ! J’ai dessiné la capuche à partir de celle d’un de mes manteaux, et je l’ai doublée avec une chute de coton. J’ai ajouté un passepoil turquoise foncé entre le tissu principal et la doublure de la capuche, ainsi qu’entre la manche et son « ajout », mon coupon n’étant pas assez grand ! J’ai utilisé plusieurs fois cette technique du passepoil (plat ou non) lorsque je dois rajouter un morceau de tissu en supplément et je trouve que cacher ce qui pourrait être un défaut en le montrant le rend assez joli ! De fait, j’imaginais ce manteau beaucoup plus sobre (en laine bouillie aubergine avec simplement une capuche en plus du modèle présenté), mais il me plaît ainsi !

P1110280

Pour la doublure, je me suis servi de’un plaid Ikea premier prix : le résultat est assez chaud, mais il est assez difficile à travailler car il se déforme (mais est maintenu par le tissu principal) et bouloche déjà… dommage !

P1110281

Je conseille plutôt le plaid un peu plus cher que j’ai utilisé pour coudre de petits gilets pour mes filles, je vous en reparlerai. Il est de meilleure qualité et de meilleure tenue.

P1110285

Au final, une cousette beaucoup utilisée, que je porte avec ou sans bébé, et donc qui durera bien après le portage. Il me reste à trouver un vrai mode de fermeture, pour le moment, je glisse les angles des pans dans le haut de l’écharpe…. J’ai pensé à une épingle à nourrice rehaussée d’une fleur en laine turquoise, mais il me reste à prendre le temps de la tricoter ou crocheter !

« Sorbetto » en noir et blanc

P1080654

Après la chemise pour homme, j’avais envie d’un projet couture plus simple et rapide, et pour moi cette fois-ci. J’avais téléchargé le patron bien connu et gratuit du débardeur « Sorbetto » de Colette patterns. Son allure féminine me plaisait beaucoup : l’encolure dégagée, le pli plat, les pinces de poitrine…

Alors, oui, c’est un patron en anglais, une première pour moi, mais une fois qu’on a converti les pouces en centimètres, les croquis parlent d’eux-mêmes, et ce patron ne présente pas de difficulté.

P1080656

Sauf que, bien sûr, c’était trop simple et trop rapide ! Alors j’ai fait encore une fois à ma sauce, en ajoutant des manches, pour pouvoir le porter tout de suite malgré les températures fraîches ! Il s’agit des manches 3/4 de la tunique « Jadestone », déjà cousue ici, dont j’apprécie beaucoup les plis, creux, cette fois-ci. Et elles se sont parfaitement adaptées !

P1080658

A la réalisation, une cousette vraiment très agréable, le pli plat est vraiment simple, et fait beaucoup d’effet.

Le tissu utilisé vient… du rayon tissus au mètre…d’Ikea ! Et oui, à chaque visite, je me refais un petit stock de tissu d’ameublement pour coudre des vêtements ! Ils sont peu chers et de qualité convenable pour cet usage. Celui-ci est plutôt fin et se prête sans problème à la couture vestimentaire. Le biais noir est fait maison à partir d’une de mes anciennes jupes (du biais « upcyclage en somme !)

Au final, je suis vraiment très satisfaite de cette blouse (ce n’est plus un débardeur), que je porte énormément avec un jean ou une jupe. Il me semble que Colette Patterns vient de réactualiser « Sorbetto », en proposant une version manches courtes : je crois que je vais me laisser tenter, à moins que je ne me couse un véritable débardeur cette fois-ci !

P1080655

Et vous, vous l’aimez comment votre « Sorbetto » ?

Peur de rien : coudre une chemise homme !

 

p1080612Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, coudre une chemise homme me semblait un immense défi : un col, des boutonnières (je ne sais pas trop pourquoi, mais c’est ce qui me paraissait le plus compliqué !)…

Mais finalement, je me suis lancée, avec le modèle « Saphir » d’Ivanne Soufflet, extrait du livre Grains de couture pour homme et femme, dont j’avais déjà essayé des modèles femme ici (Diamond) et (Jadestone). D’autres jolis modèles homme me tentent aussi, à suivre !

J’ai choisi une version « simple » c’est-à-dire sans empiècements d’épaule, avec un tissu uni, sans passepoil…

p1080617

mais avec pli d’aisance ouvert dans le dos, indispensable pour plus de confort !

p1080616

J’ai décalqué les pièces, et rallongé de 7 centimètres sans les marges, car je trouvais les devants et dos un peu courts.

p1080619

Dans les techniques nouvelles pour moi, ce qui a demandé le plus de minutie et de précision, est bien sûr le poignet des manches longues, et le complexe col et pied de col. Pour ces deux pièces, j’ai ajouté 1 centimètre de marge pour pouvoir les coudre plus aisément.

p1080611

Le résultat, même s’il n’est pas parfait, est pour l’intéressé et pour moi, plutôt satisfaisant pour un premier essai !

p1080610

Ce type de projet convient selon moi, à une couturière qui n’est plus tout à fait débutante car même si les étapes sont bien expliquées dans le cahier technique, en fin de volume, c’est un projet plutôt long et qui demande de maîtriser déjà les techniques de base pour se concentrer sur les nouvelles techniques.

Le tissu gris est un coton de « Toto » Lyon, plutôt d’un bon rapport qualité-prix, que l’on reverra dans d’autres projets.

Pour faire venir le printemps, j’ai immédiatement récidivé avec une version manches courtes et col Mao !

p1090040-1

J’ai choisi d’assembler l’intérieur des manches en coutures anglaises pour une plus jolie finition (et aussi pour tester cette technique !). L’avantage des manches courtes, c’est qu’elles sont plus simples à réaliser !

p1090041-1

Pour le col Mao, j’ai seulement un peu agrandi le pied de col, sans ajouter de col !

p1090042-1

Le coton vert vient des Coupons de Saint -Pierre. Les boutons sont de récup dans les deux cas.

p1090044-1

Au final, je suis contente de m’être lancée, on dirait des « vraies » ! Et d’autres chemises homme sont en projet !

Le sac de sport façon bowling

Oui, vous l’avez reconnu : ce modèle a bien été cousu selon le tuto du blog « Une poule à petits pas ». Ce blog est une véritable mine d’or ! J’ai réalisé 2 versions (pour le moment) de ce sac.

p1080569

La première à la rentrée car mon grand avait besoin d’un sac pour ses entraînements. Il devait être plus sobre, car j’avais prévu le tissu « Donald » comme doublure ! Mais quand il l’a vu, mon fils a voulu celui-là à l’extérieur !

p1080568

Les tissus viennent de la boutique « Petits Prix », et j’ai récupéré la fermeture éclair sur un ancien de mes sweats. Quelques défauts, bien sûr, mais l’intéressé est ravi et ce sac est très pratique.

p1080813

La deuxième version a fait partie des cadeaux « maison » de fin d’année. Ce sera un sac de yoga ! Le tissu vient… d’Ikea (où je me fournis pas mal en tissus au mètre).

p1080814

Le tuto est très clair, et le résultat vraiment sympa avec ses 2 poches, le bon volume pour caser tout le matériel nécessaire et les multiples possibilités : monochrome, couleurs contrastantes, différentes matières etc.

La seule modification que j’ai faite, c’est que j’ai cousu la fermeture éclair en même temps sur la doublure et le tissu principal. Le modèle est vraiment une réussite ! Peut-être bientôt une autre version, mais en choisissant un tissu un peu plus raide pour l’extérieur comme pour la doublure.

La tunique Jadestone

Une nouvelle cousette issue du livre d’Ivanne Soufflet : la tunique Jadestone. J’ai cousu ce modèle pour offrir, à un moment où les températures étaient encore douces… Il m’a séduit par sa forme asymétrique, ses différentes sortes de plis (plis creux, obliques…) et son double col. Pour cette première version, j’ai cousu tous ces éléments (jusqu’au ruban noué dans le dos), mais selon le tissu, ou l’envie du moment, ce modèle se module facilement.

P1080385P1080388

Côté tissu, il s’agit d’un coton rose à motifs gris de chez Petits Prix, et j’ai choisi un ruban gris assorti.

La réalisation est minutieuse, mais grâce aux pas à pas, il n’y a aucune mauvaise surprise, les étapes s’enchaînent bien.

D’un point de vue technique, le fait de réaliser coup sur coup deux cols Claudine, et plusieurs séries de plis, permet de rendre ces techniques plus familières, même pour une couturière peu expérimentée !

P1080387

Le résultat est raffiné, grâce à tous ces petits détails. En revanche, pour une prochaine version, je pense que je rallongerai le devant, un peu court.

 

Encore un modèle à retenter !